Ma tambouille de juin 2021

Ce mois de juin je n'avais pas vraiment envie d'en parler parce que rien n'a avancé, ça n'a été que frustration, paperasse, problèmes à régler.

J'ai eu tant de problèmes sur ma boîte Un Beau Jour que je n'ai quasiment rien pu faire en dehors de m'occuper de cet espace.

Et puis pour ma petite maison rien n'avance, on attend des papiers pour que la vente se fasse, on attend, on attend. C'est très frustrant.

Dans cet article tambouille ce mois ci il sera donc principalement question de ces projets qui n'avancent pas, et de la frustration qui va avec et aussi les projets qui me font toujours un peu vivre comme instagram, les opés auxquelles je participe et leurs tarifs en toute transparence !

Lire la suite...

Tignasse

J'ai longtemps cru que c'était ma nouvelle coupe de cheveux avec frange et petit blond vénitien qui avait été à l'origine de tous les immenses changements opérés dans ma vie il y a 10 ans.

Je me sentais plus jolie, mieux dans ma peau et je me disais que c'était complètement fou tout ce qu'une coupe de cheveux avait pu changer pour moi.

Je trouvais ça aussi un peu superficiel de me sentir si bien et d'être soudain si aventureuse juste grâce à mes cheveux et le nouveau regard qu'ils me faisaient porter sur moi.

Alors que non, c'est bien autre chose qui en était à l'origine mais j'y ai cru parce que depuis l'enfance on m'avait fait accorder une si grande importance à ma crinière que comment aurait-il pu en être autrement ?

Lire la suite...

Recouvrir le monde de mousse

Il y a un an quand mon fils a commencé à explorer à se mettre debout et à se casser copieusement la gueule j'ai investi dans l'équivalent d'un PEL en mousse à coller sur les meubles.

J'ai alors commencé à coller des kilomètres de bande molletonnée tout autour de son espace de jeu, sur les pieds des chaises, des tables...

Et je me suis soudain arrêtée avec une sorte de vertige quand j'ai compris que j'allais pas pouvoir recouvrir le monde de mousse...

C'était pourtant évident qu'il allait partir explorer et se cogner contre la vie mais c'est au moment précis où j'étais en train de coller cette bande de mousse sur le 6e pied de ma chaise à roulettes que j'ai été frappée par cette évidence.

Il allait falloir que je lui laisse de la liberté...

Mais après les scandales d'enlèvements d'enfants de ces 30 dernières années et la trouille 4000 que tu te paie en suant des fesses qu… Lire la suite...

Plus haut que mon cul

Malgré un syndrome de l'imposteur qui me poursuit gentiment depuis l'enfance et une fâcheuse tendance à penser que je n'en fais jamais assez (ou que ce n'est jamais assez bien) j'ai parfois eu la fâcheuse tendance à me sentir au dessus des autres.

Et c'est sacrément moche, j'ai honte à chaque fois que je repense à tous ces moments où je me suis cru meilleure, plus talentueuse, vertueuse, intelligente ou mieux que les autre d'une manière générale.

Oh je sais que je ne suis pas la seule à qui ça arrive.

Mais plus j'avance dans la vie plus je fais l'expérience des erreurs et des faiblesses que je pensais réservées aux autres et ça fait beaucoup de bien à mon humilité.

Voilà 3 anecdotes qui m'ont aidée à arrêter de péter plus haut que mon cul.

Lire la suite...

Devenir parent

Je n'ai jamais vraiment ressenti ce besoin durable et obsédant de devenir mère dont j'ai toujours beaucoup entendu parler autour de moi.

Il y a une dizaine d'année je me disais même que je devais être sacrément sans coeur pour ne pas spécialement vouloir d'enfant dans ma vie alors que ça avait l'air d'être une sorte de besoin viscéral chez une femme si j'en croyais le nombre de fois où on me demandais quand j'aurais des enfants.

Notez qu'on ne me demandait pas si "j'en voulais" mais "quand j'en aurais" genre c'était une certitude que j'en voulais voyons, quelle monstrueuse femme ne voudrait pas d'enfant ?

Pourtant à 35 ans j'ai dû me poser sérieusement la question de savoir si je voulais un (ou des enfants) car cette sorte de besoin viscéral d'être mère ne s'est jamais installé durablement dans mon ventre.

Et j'ai compris après mûre réflexion que oui je voulais être parent et me lancer dans cette aventure même s… Lire la suite...

Fichez moi la paix

Je déteste les notifications je crois qu'on ne mesure pas assez l'impact que ça a sur notre santé mentale.

Il y a des gens sur qui ça glisse, qui ont 379 textos non lus et le double de mails non traités avec des petites pastilles rouges sur les applis de leur téléphones et qui ne s'en soucient guère.

Moi chaque notif rouge sur une appli sur mon tel clignote aussi en tâche de fond dans ma tête.

Comme une insupportable petite bestiole qui sauterait à pieds joints au fond de la salle dans mon esprit (j'imagine ça comme dans "La vie") en disant "hey ne m'oublie pas" "hey tu vas m'oublier" "hey je suis là".

Mais ta gueule ! Je transplante pas des coeurs ça peut attendre 48h !

J'ai l'impression qu'on peut plus regarder une vidéo ou lire un article tranquille sans qu'… Lire la suite...

La case en moins

J'ai une collection de trousse et de petits sacs en tissus de rangement en tout genre qui commence à témoigner plus d'une obsession maladive que de la simple organisation.

Je sais pas, j'ai besoin de tout rentrer dans des cases c'est comme ça, j'ai l'impression que tout est sous contrôle.

Y a rien qui me rend plus ouf que mes potes super détente qui partent en vacances avec leurs fringues dans des sac plastiques, la brosse à dent qui se balade au milieu des T-shirt et la bouteille de shampooing familiale de 12L pour 4 jours.

Moi j'ai besoin d'avoir pris juste ce qu'il faut, un petit sac de tissus avec mes fringues, un autre avec mes sous vêtements, et globalement tout est rangé dans des pochons par fonction ou moment d'usage, genre j'ai 2 trousses de toilettes : une pour le lavabo, une autre pour la douche + un pochon coiffure avec son mini sèche cheveux.

Ptain en écrivant ça je mesure ma folie...

Lire la suite...

La mal chaussée

Ces deux dernières années ont fait remonter une forme de syndrome de l'imposteur que je n'avais jamais expérimentée auparavant.

C'est fou comme ce truc peut prendre comme formes différentes, je pensais m'en être plus ou moins débarrassée mais ce filou s'est retaillé un chemin jusqu'à moi sous une forme déguisée.

J'aurais pourtant dû la voir venir la vieille sorcière avec sa pomme empoisonnée…

Car comme beaucoup de femmes, j'ai un looooong historique de syndrôme de l'imposteur : ce sentiment de ne jamais être à la hauteur et cette peur d'être démasquée à tout moment.

Mais après des années de travail sur moi même et d'expériences qui m'ont donné confiance j'avais enfin commencé à me sentir légitime et à faire taire cette sale petite voix au fond de moi.

Et la maternité tout fichu en l'air.

Ma tambouille de mai 2021

Ce mois de mai a été un mois assez court en terme de travail puisque j'ai pris 10 jours de vacances. j'ai tout condensé en 3 semaines c'était sport 😅

J'ai aussi beaucoup avancé sur l'achat de ma petite maison et je m'en suis pas mal occupé dès que j'avais 5 minutes. C'est ce qui m'a demandé le plus d'énergie ce mois ci.

Dans cet article tambouille ce mois ci il sera donc principalement question de l'achat de cette maison et surtout de la partie financement mais aussi les projets qui me font toujours un peu vivre comme instagram, les opés auxquelles je participe et leurs tarifs en toute transparence !

Lire la suite...