Le déni

"Mais c'est fou ça il est complètement dans le déni..." dis-je à ma soeur en parlant d'un membre de notre famille qui n'entend plus très bien et qui ne veut pas l'admettre.

Voilà plusieurs années que ce proche voit son audition baisser, et à chaque fois qu'il est flagrant qu'il n'a pas entendu ce que je viens de dire (genre quand on est dans l'habitacle exigu de sa voiture) il y a toujours une bonne raison : "Pardon je t'ai pas entendue j'ai la lumière dans l'oeil" "tu peux répéter j'étais concentré sur la route" "Tu as dit quelque chose ? Cesse de marmonner"...

Pour l'instant j'ose rien dire, mais je commence à penser que ça peut vite devenir dangereux.

Tous les grands-parents de mon fils montrent des petits signes de faiblesse au niveau de l'audition et je sais que c'est potentiellement problématique quand on s'occupe seul d'un enfant : on peut rater une chute, un appel, un cri...

J'étais donc là à en discuter avec ma soeur en lui donnant du "non mais c'est fou ça c'est pas raisonnable quan… Lire la suite...

La patronne

Il y a 10 ans tout pile cette année j'embauchais ma première stagiaire.

Je me suis alors muée en "boss" de quelqu'un pour ma propre boîte, A.K.A la patronne.

Et je n'avais pas du tout anticipé l'effet que ça aurait sur moi...

Moi qui avait une image affreuse de la patronne qui m'avait embauchée quelques années auparavant et à qui je m'étais toujours promis de ne pas ressembler.

J'avais intégré son équipe pour les accompagner sur les RP média auprès des blogs (pas d'instagram à l'époque #JaiMilleAns) sur toutes les marques représentées à l'agence.

Un cadre de travail idyllique et une boss de rêve avais-je-cru...

Oui mais non parce que sous le vernis c'était loin d'être aussi rose que sur la jaquette.

Lire la suite...

Les “mardis n’importe quoi”

Depuis que je suis devenue freelance je m'astreint à une rigueur de fer pour travailler.

C'était ma trouille numéro 1 avant de quitter le salariat : ne pas réussir à m'obliger à m'y mettre quotidiennement, me retrouver à regarder des séries dans mon canapé H24 en jogging et finir sous les ponts...

Hahaha c'est mon ptit côté drama de la meuf qui a tout le temps des trouilles enfantines totalement irraisonnées à propos du travail et de l'argent.

Vous voyez, je suis plutôt du genre hyper carrée, je me tiens à tous mes engagement et le travail quotidien avec objectifs à remplir est une obligation pour moi depuis que je suis à mon compte.

Je ne déroge presque jamais à aucune de mes règles de boulot, c'est un truc sur lequel je suis totalement control freak.

J'ai tenu et tiens toujours mes blogs sans jamais faillir : c'est un véritable sacerdoce de publier à intervalle fixe pendant des années sans jamais s'arrêter, mais j'ai toujours aimé cet engagement.

Mieux je peux… Lire la suite...

La justicière masquée

J'ai une passion honteuse et secrète (bon là plus secrète du coup) pour la rédaction d'avis google...

Oui, parfois quand la coupe est pleine je poste des avis bien sentis sur Google : ils sont soit dithyrambiques, soit assassins, jamais entre deux.

Du spa crado, au cabinet de dentiste l'arnaque, à l'hôtel 5* aux cloisons en carton, je m'en donne toujours à coeur joie : c'est toujours dur mais juste, et je me dis que ça pourra toujours servir à quelqu'un pour lui éviter de se faire arnaquer.

Et puis je sais que ça peut avoir un véritable impact donc parfois le seul moyen de se faire entendre quand tu t'es plaint sur place et qu'on t'a répondu un vague "oui oui" agacé c'est un avis Google (ou tripadvisor, ou mieux : les deux !)

Je vous rassure hein, j'en use avec parcimonie, c'est pas moi que vous verrez mettre 0 étoiles sur la fiche d'un produit avec la mention "nul, la poste a mis 8 jours à me livrer" (on voit pas le rapport Michel).

Il faut vraiment que la coupe soit pleine, que le service coûte cher et que &cc… Lire la suite...

Avec des “si”

J’ai longtemps été du genre à ressasser, refaire le match, rejouer des conversation jusqu’à l’écoeurement, imaginer comment les choses auraient pu tourner différemment dans ma vie après un moment charnière.

Un truc qui me vient de la famille parce qu’on ressassait pas mal les vieilles histoires le dimanche chez nous.

Et aussi de l’adolescence quand j’ai découvert Retour vers le futur et pris conscience de tout ce qu’un petit événement peut changer dans la vie.

Ensuite il y a eu “L’effet Papillon” et un paquet de films et de livre sur ce sujet des myriades de fils que tire le destin avant de se figer sur un dessin.

Parce que ça a commencé à m’obséder.

M’obséder tant et si bien que ça m’a paralysée dans nombre de mes choix.

Lire la suite...

De mère en fille

Hier je parlais à ma soeur de ma très regrettée grand mère, celle qui était pour moi comme une seconde maman.

Je regardais mon fils arroser les plantes et à chaque fois qu'il fait ça avec passion j'imagine combien il aurait adoré faire ça avec ma grand mère qui avait un jardin si joli, dont elle prenait soin avec tant d'affection.

Alors je me perds dans ce jardin, et je suis rattrapée par la réalité : elle n'est plus là, elle n'aura jamais rencontré mon ptit bout, elle n'aura jamais fait "tic tic tic" en lui chatouillant les pieds, elle ne lui aura jamais donné la becquée comme elle l'a fait tant de fois quand elle s'occupait de moi enfant.

Je n'aurais jamais cru que devenir parent et surtout "maman" allait remuer tant de choses en moi vis à vis de ma famille avec laquelle j'ai pris mes distances depuis longtemps (par indépendance et besoin de tracer ma route).

Je me croyais libre de toutes ces attaches familiales et la maternité… Lire la suite...

Colère noire

Devant mon écran d'ordinateur j'ai soudain mon champ de vision qui se rétrécit, je n'entends plus vraiment ce qui se passe autour de moi, mon rythme cardiaque s'accélère, ma mâchoire se crispe.

En lisant l'e-mail que j'ai sous les yeux je ne le sais pas encore mais j'entre peu à peu dans la plus grande colère que j'ai jamais connue.

Une colère qui a commencé dans un silence assourdissant et que j'ai dû étouffer chaque jours pendant un bon mois pour garder la tête claire et ne pas faire quelque chose qui pourrait me porter préjudice alors que j'étais déjà la victime de la bêtise et la malveillance de quelqu'un.

J'ai frappé l'auteur de ce mail mille fois dans mon esprit, je l'ai insulté comme personne dans mes rêves, je lui ai écrit des réponses d'une violence inouïe qui ont toutes finies à la corbeille.

Je l'ai haï tellement fort qu'aujourd'hui encore j'ai les poings qui se serrent en repensant à lui.

On ne m'avait encore jamais attaquée ainsi alors que j'&eacut… Lire la suite...

Fille – Garçon

Depuis qu'il est tout bébé les gens prennent mon fils pour une fille : il a des traits fins, de grands yeux et de longs cils et j'imagine que ça joue dans l'inconscient collectif.

Mais j'ai décidé très tôt de ne pas corriger les gens, parce que mon fils pour le moment il s'en fout, son père et moi également, et quand il sera en âge de le faire il corrigera les gens s'il le souhaite.

Mais en attendant, ça crée des situations franchement désagréables dont je me passerais bien.

Ça se passe toujours un peu de la même manière : on est dehors dans une aire de jeu, et un parent avec son enfant dit un truc du style "Bonjour princesse" ou "Comme elle parle bien" ou "Tu veux jouer avec la petite fille ?"

Moi je corrige pas parce que j'ai pas envie d'insister là dessus en permanence devant mon fils.

5-10 minutes plus tard les gens m'entendent dire un truc au masculin genre "mon chéri" et 80% du temps ils s'offusquent.

Ce qui m'énerve au … Lire la suite...

Transformation

Ces deux dernières années j'ai traversé une petite crise vestimentaire dont je sors complètement depuis peu.

Vous m'auriez vu il y a 10 ans juger intérieurement celles qui se négligent, vivent en jogging et n'ont cure de l'image qu'elles renvoient aux autres.

Vous m'auriez dit que j'aurais la même allure pendant plus d'un an après la naissance de mon fils je ne vous aurais pas crus, toute idiote et trop sûre de tout savoir sur la vie et sur moi même que j'étais.

Je ne savais pas sur quelle pente on peut parfois glisser lentement mais sûrement et combien il peut être difficile de la remonter.

Il faut dire qu'après avoir pris ma revanche sur l'adolescence et alors que j'avais enfin la belle vie, le bon job, le bon mec, le bon look je pensais pas que j'enverrai tout valdinguer un jour.

Lire la suite...

Ne me contredisez pas

Depuis que je m'exprime en ligne j'en ai vu des vertes et des pas mûres : derrière un écran et sur un clavier les langues se délient et c'est la porte ouverte à tous les débordements.

Je crois sans mentir m'être malheureusement mangé plus de murs dans la tronche et de propos violents que d'argumentaires contraires mais polis et sagement argumentés.

Et ça m'a rendu allergique et très intolérante à la contradiction non mesurée.

Trop je crois...

Lire la suite...