La fabrique des souvenirs

Quand j’étais petite ma mère avait rempli un petit album bébé avec toutes mes premières fois, mes premiers mots, les petites choses que je faisais, quelques photos.

J’adoooorais lire cet album avec elle j’avais l’impression que c’était une sorte de livre sur ma vie.

Depuis que mon fils est né je me fais un devoir de documenter tout ce qu’il fait. Pour lui, pour moi, pour la famille.

J’ai d’abord décidé de ne pas faire de photos trop “léchées” comme j’avais l’habitude de faire depuis 10 ans.

D’abord parce que (j’ai bien essayé) mais c’était épuisant de le faire poser bébé et en plus ça lui plaisait pas du tout. Plus le temps qu’il fallait pour se mettre devant un joli cadre ou un fond neutre dans mon mini appart j’ai vite laissé tomber.

Par flemme, par désir de pas l’emmerder avec ça aussi. Mais aussi et surtout parce que je voulais de “vrais souvenirs”.

J’ai beaucoup de photos de moi enfant, ma mère adorait ça, elle avait un super appareil réflex et elle faisait de magnifiques photos, souvent très “posées”.

On a donc assez peu de photos de famille moche avec le bordel autour, les gens qui regardent pas l’objectif, etc…

Aujourd’hui je me rends compte que ce sont ces photos moches et mal cadrées que j’aime le plus car on y trouve plein de détails de la vie quotidienne.

Un peu comme quand ado je regardais un film sur une VHS et qu’au beau milieu il y avait des pubs qui dataient d’il y a 5 ans. Ces vieilles pubs qu’on voyait tout le temps 5 ans auparavant étaient hyper amusantes à regarder 5 ans plus tard.

Ça me fait le même effet quand je tombe sur des photos moches de mon enfance chez un membre de ma famille : j’adore voir tous ces détails qui témoignent de milles choses que j’avais oubliées.

Alors avec mon fils je fais plus de photos et de vidéos prises sur le vif que les photos “parfaites” que je me suis évertuée à faire ces 10 dernières années.

Et j’adore revoir les photos des premières semaine avec lui où l’appart est dans un bordel sans nom.

Nos gueules de déterrés avec mon mec

C’est la vraie vie.

Mais récemment je me suis beaucoup interrogée sur ce devoir de mémoire que je m’étais assigné, comme si j’avais déjà pas assez de charge mentale haha.

Voilà comment j’alimente depuis sa naissance la machine à souvenirs de mon fils, mes petites techniques pour avoir de chouettes photos, ma crainte de trop en faire et comment j’ai changé mon fusil d’épaule pour calmer ma collection compulsive d’images qui me tourmente depuis toujours.

Related Articles

Ma grossesse

Après des années à entendre des “tu serais pas enceinte” sur mes photos en maillot de bain, et autres “Eleonore Bridge enceinte” en 3e proposition google quand on tape mon nom et bien ça y est je suis maman !

Maman et entrepreneur donc. J’ai décidé de faire un article qui parle des deux parce qu’on n’a pas des projets d’enfants pareil quand on est son propre patron, on ne vit pas sa grossesse pareil non plus ni le congé maternité.

Voilà donc un articles assez exhaustif sur cette grosse aventure que j’ai essayé de raconter mois après mois avec les joies et les angoisses, les découvertes heureuses et moins heureuses, les questions que je me suis posées, les réponses que j’ai trouvées et toutes ces myriades de choses qui se bousculent dans nos têtes quand on va devenir maman et qu’en plus on a un petit business qui dépend énormément de vous à faire tourner.

Cet article a été écrit en plusieurs étapes, à la fin de chaque trimestre afin de garder mes impressions les plus intactes possibles, pour que je puisse appuyer sur le bouton “poster” quand j’aurais accouché ^^

Attention spoiler : j’ai franchement détesté être enceinte alors si vous cherchez des good vibes cet article n’est pas pour vous. Pendant 9 mois j’ai eu l’impression que mon corps et mon esprit ne m’appartenaient plus vraiment et je l’ai assez mal vécu.

Lire la suite...

“Le plus beau jour de ta vie”

Je n’ai jamais cru au Prince charmant, ou cru qu’un mariage c’était le plus beau jour de sa vie.

Par contre, pendant toute ma grossesse j’ai cru que le jour de mon accouchement je ferais la plus grande rencontre de mon existence, que ce serait beau, émouvant, tendre…

Mais ça n’a été rien de tout ça.

S’il y a un souvenir très vivace que j’ai de ce jour c’est la souffrance pshychologique que j’ai eue pendant et après l’accouchement.

La douleur physique je l’ai oubliée, mais cette douleur là dans mon coeur, elle prend son temps pour guérir.

C’est un post que j’ai mis du temps à écrire car j’ai beau avoir raconté pas mal de choses sur mon compte instagram ou dans le podcast Bliss Stories je n’ai pas parlé de certaines pensées intrusives et des sentiments ambivalents que j’ai pu avoir à ce moment de ma vie.

Lire la suite...