Trois histoires embarrassantes (et un peu rigolotes)

Il y a des moments auxquels je repense avec honte… Je ne sais pas vous mais je peux encore me tortiller sur ma chaise en repensant à un moment embarrassant :

  • Parce que j’ai mal agi
  • Parce que j’ai dit quelque chose de complètement stupide
  • Ou encore parce que je me suis mis dans une situation honteuse faute d’attention

Mais même si ça m’embarrasse toujours des années après j’ai appris à en rire ce qui est, je pense, la meilleure thérapie.

Alors rions ensemble…

J’ai écrit ici 3 petites histoires auxquelles j’ai donné des noms comme si c’était des petites nouvelles (genre haha). Au programme du feu de camp aujourd’hui donc :

  • L’oral de la sorbonne
  • La montre et la touffe de cheveux
  • Le texto fatal



L’oral de la sorbonne

C’était il y a dix ans, j’avais promis à la stagiaire (appelons là Manon) de la boîte que j’avais quittée 6 mois plus tôt que je viendrais assister à son oral de fin d’année avec ses profs en tant que maître de stage.

C’était un lundi matin, j’avais eu un gros week end de fête pour les 30 ans d’une amie. J’étais pas hyper fraîche.

Je me réveille très en retard, je file à la douche à la hâte, enfile ma robe rouge préférée, un gilet et fonce pour la sorbonne en consultant frénétiquement google maps car je n’y suis jamais allée.

J’arrive pile à l’heure après m’être perdue dans le quartier Latin et je rejoins Manon dans le hall. Ouf !

C’est beau la Sorbonne whaaaa.

Manon faisait un master en communication avec une option digitale ou quelque chose comme ça.

En attendant son tour pour l’oral un de ses professeurs vient discuter avec nous, je lui explique ce que je fais dans la vie, il se montre très intéressé et curieux, puis me demande si ça m’intéresserait de venir animer des ateliers à la Sorbonne pour ses élèves.

Han !

Mais moi j’ai toujours rêvé de donner des cours et à la sorbonne non mais la classe ! J’en reviens pas qu’on me prenne au sérieux (une rareté dans mon domaine).

Il me tend sa carte et j’ai les yeux qui brillent.

Des cours à la Sorbonne !

On entre alors pour l’oral de Manon, j’accroche mon gilet sur une patère dans une sorte de petit vestibule puis entre dans la salle où Manon va faire son oral et m’assois près de ses professeurs.

Et là je réalise… Oh mon dieu !!

Related Articles

Ma grossesse

Après des années à entendre des “tu serais pas enceinte” sur mes photos en maillot de bain, et autres “Eleonore Bridge enceinte” en 3e proposition google quand on tape mon nom et bien ça y est je suis maman !

Maman et entrepreneur donc. J’ai décidé de faire un article qui parle des deux parce qu’on n’a pas des projets d’enfants pareil quand on est son propre patron, on ne vit pas sa grossesse pareil non plus ni le congé maternité.

Voilà donc un articles assez exhaustif sur cette grosse aventure que j’ai essayé de raconter mois après mois avec les joies et les angoisses, les découvertes heureuses et moins heureuses, les questions que je me suis posées, les réponses que j’ai trouvées et toutes ces myriades de choses qui se bousculent dans nos têtes quand on va devenir maman et qu’en plus on a un petit business qui dépend énormément de vous à faire tourner.

Cet article a été écrit en plusieurs étapes, à la fin de chaque trimestre afin de garder mes impressions les plus intactes possibles, pour que je puisse appuyer sur le bouton “poster” quand j’aurais accouché ^^

Attention spoiler : j’ai franchement détesté être enceinte alors si vous cherchez des good vibes cet article n’est pas pour vous. Pendant 9 mois j’ai eu l’impression que mon corps et mon esprit ne m’appartenaient plus vraiment et je l’ai assez mal vécu.

Lire la suite...

“Le plus beau jour de ta vie”

Je n’ai jamais cru au Prince charmant, ou cru qu’un mariage c’était le plus beau jour de sa vie.

Par contre, pendant toute ma grossesse j’ai cru que le jour de mon accouchement je ferais la plus grande rencontre de mon existence, que ce serait beau, émouvant, tendre…

Mais ça n’a été rien de tout ça.

S’il y a un souvenir très vivace que j’ai de ce jour c’est la souffrance pshychologique que j’ai eue pendant et après l’accouchement.

La douleur physique je l’ai oubliée, mais cette douleur là dans mon coeur, elle prend son temps pour guérir.

C’est un post que j’ai mis du temps à écrire car j’ai beau avoir raconté pas mal de choses sur mon compte instagram ou dans le podcast Bliss Stories je n’ai pas parlé de certaines pensées intrusives et des sentiments ambivalents que j’ai pu avoir à ce moment de ma vie.

Lire la suite...